Nos dernières activités

Panneaux de la gare : épisode 8 sur 8 

Fauvette, le 11.04.2011

Les panneaux de la gare

Fasciné par le nombre de destinations balisées pouvant être atteintes à pieds depuis la gare de Moutier, Fauvette a émis l'idée en septembre 2008, de se rendre en groupe à chacune de ces 25 destinations. Réparties en huit randonées, toutes les destinations ont été atteintes en l'espace de 27 mois. Cumulées, cela représente une distance de 141 kilomètres (équivalent Lausanne-Moutier par la route) pour 6'000 mètre de dénivellé (altitude du Kilimandjaro, plus haute montagne d'Afrique).

Panneau au Raimeux de Grandval

L'aventure a été vécue complètement ou partiellement par 6 personnes : Rossignol, Fauvette, Tortue, Couguar, Martinet et Busard. Cela nous a permis d'occuper quelques-unes de nos journées, de faire profiter notre corps d'un peu d'activité sportive, de découvrir la nature de notre région et de tisser des liens entre les responsables des différentes unités. Le soucis écologique faisant bien entendu aussi partie de notre quotidien scout, ce projet nous a fait prendre conscience des nombreuses possibilités de faire des activités ensemble sans nécessiter de déplacements démesurés, et nous a appris à tirer profit des transports publics, même dans les régions les plus reculées. Suite à cette aventure, il est certains que notre vision des petits panneaux jaunes aura changé…

Ces huit épisodes des panneaux de la gare n'auraient pas été possibles sans les quelques outils techniques mis à notre disposition. Nous tenons tout particulièrement à remercier les Chemins pédestres bernois pour l'excellent travail de balisage ainsi que leur outil de planification de randonnées sur Internet, Swisstopo pour les cartes nationales qui nous sont très chères pour bon nombre de nos activités scoutes, et les CFF pour son réseau de transports en commun.

La huitième randonnée

Rossignol et Fauvette sous les panneaux à Moutier

L'aventure du week-end dernier a commencé de manière particulièrement atypique. C'est à 8 h 30 samedi matin que Rossignol est arrivé chez Fauvette pour compléter son inscription aux examens universitaires. L'ambiance était tendue, alors qu'une faute de frappe aurait été susceptible d'être reporté sur un précieux diplôme ; la concentration était de mise. Bref, le rapport avec les panneaux de la gare ? Aucun, passons donc aux choses sérieuses ! Malgré un léger retard ne portant pas à conséquences, le départ a bien lieu à la gare, suite aux derniers achats indispensables d'un peu de pain et de fromage, tout ce qu'il faut pour un bon dîner.

La première partie de la randonnée jusqu'à Court, particulièrement légère et agréable, n'était que très peu représentative de ce qui suivait : la rude montée du Montoz. Après une période d'activité pulmonaire intense et quelques toussotements, restes de la vague de grippe qui a frappé durant les semaines précédentes, la montée a enfin pu toucher à sa fin pour laisser place à un moment beaucoup plus apprécié : le repas de midi.

Les gorges de Court et Court

La météo a su gagner notre confiance. L'équipement de pluie est resté au fond du sac (voire même à la maison, erreur qui aurait pu être fatale), jusqu'au moment où le ciel s'est décidé à nous faire comprendre que notre insouciance n'avait plus lieu d'être. La nécessité pour nous de remplir nos bouteilles d'eau potable dans une auberge nous a fourni un parfait alibi pour nous offrir une boisson chaude en attendant que les gouttes cessent de tomber.

Une fois à nouveau en route, notre attention a été rapidement attirée par un véhicule blanc connu qui faisait un demi-tour sauvage au milieu des pâturages. Nous nous sommes alors rendus compte qu'il s'agissait de nos cordées, qui étaient en reconnaissance pour leur camp du week-end suivant (la bonne excuse pour ne pas participer à la randonnée).

Le lieu de camp numéro 3 (les deux premiers s'étant montrés radins en panorama) n'était plus bien loin. Une fois sur place, seuls les tâches vitales ont été accomplies : montage d'un abris, popote, vaine tentative de mise en ligne d'une photo avec un smartphone, première ébauche du plan d'engagement de la braderie de cette année, dernier coup d'oeil sur l'incroyable Chasseral pris dans les brumes vespérales, puis dodo.

Malgré le changement d'heure et le réveil à 6 h 30, la durée et le confort du sommeil étaient largement suffisants pour permettre une descente sur Sonceboz sans intervention ambulatoire malgré un chemin qui n'aurait pas été forcément des plus adaptés pour une randonnée avec des louveteaux.

Sonceboz, sur le hauts puis à la gare

Responsable de groupe

Mirko Dell'Anna / Fouine
Sous-Raimeux 17
2740 Moutier
079 577 18 60

info@scout-perceval.ch
Contacter d'autres responsables

Les dossiers