Le scoutisme, dans le monde et à Moutier

Le scoutisme est un mouvement centenaire, destiné aux jeunes, qui n'est ni un sport, ni une école, ni une collectivité, et qui pourtant se fixe des objectifs sportifs, pédagogiques et sociaux. Chacun sait ce qu'est le scoutisme, chacun connaît un scout. Mais peu sont réellement aux faits. Ce dossier saura vous offrir une vue d'ensemble de ce qu'est le scoutisme, vous éclairer sur ses buts et ses moyens, et répondra aux premières questions que vous pourriez vous posez.

Origines du scoutisme

L'origine du mouvement scout est intimement liée à la vie d'un seul homme : Robert Baden-Powell. Né en 1857 dans une famille londonienne de 10 enfants, il est, dès son plus jeune âge, confronté à une situation familiale difficile, en perdant son père à l'âge de trois ans. Durant sa scolarité, Baden Powell est amateur de musique et de dessin, et joue régulièrement dans des pièces de théâtre. Mais par dessus tout, il adore passer du temps dans la nature.

Lord Baden-Powell of Gilwell, portrait de David Jagger, 1929

Contrairement à son père, Robert Baden-Powell ne se lance pas dans des études universitaires. Suite à une brillante réussite au concours d'entrée à l'académie militaire royale de Sandhurst, il consacre une bonne partie de sa vie au service de l'armée anglaise. L'événement qui le rend célèbre dans tout l'empire britannique est le sauvetage de la ville de Mafeking durant la guerre d'Afrique du Sud en 1899, lors duquel il forme des jeunes de la ville comme estafettes de transmission, observateurs, sentinelles ou éclaireurs. Il prouve par cette occasion que les jeunes sont tout à fait capables de réussir une mission à partir du moment où on leur fait confiance. Suite à cela, il publie ses observations dans un texte titré Scouting (l'art des éclaireurs). La victoire de Mafeking marque également la fin de la carrière militaire de Baden-Powell, et c'est alors qu'il décide de mettre sur pieds les fondements du scoutisme. « À la fin de ma carrière militaire, dit Baden-Powell, je me mis à l'œuvre pour transformer ce qui était un art d'apprendre aux hommes à faire la guerre, en un art d'apprendre aux jeunes à faire la paix, le scoutisme n'a rien de commun avec les principes militaires. »

Baden-Powell écrit son livre Scouting for boys suite au premier camp scout organisé en Angleterre en 1907.

La première application du scoutisme est un camp que Baden-Powell organise du 29 juillet au 9 août 1907 sur l'île de Brownsea, au sud de l'Angleterre auquel 26 garçons de différents milieux sociaux prennent part. Suite au succès de cette première expérience, Baden-Powell publie en 1908 l'ouvrage Scouting for boys (Éclaireurs), qui connaît une diffusion exponentielle dans le monde entier. Tout d'abord uniquement masculin, le mouvement scout apparaît également pour les filles en 1909. La mise en place du mouvement féminin est entreprise par Agnes Baden-Powell, sœur de Robert, puis est poursuivie dès 1912 par sa femme, Olave Soames. Afin de développer le mouvement dans d'autres pays, Baden-Powell entreprend durant le reste de sa vie une multitude de voyages autour de la planète, accompagné de sa femme. Ce développement se poursuit encore après la mort du fondateur du scoutisme, et le mouvement scout compte actuellement 38 millions de membres répartis sur plus de 200 pays (état 2008).

Le scoutisme en Suisse, ses fondements et ses moyens

Les premiers groupes scouts suisses sont fondés en 1910 déjà (soit trois ans après le premier camp scout en Angleterre), et en 1913 se réunissent à Berne quelques associations cantonales pour fonder le premier mouvement scout de la Suisse. La Suisse, pays plurilingue et politiquement neutre, est un lieu de rencontres scouts très important au niveau mondial. Le centre scout international à Kandersteg est fondé en 1923, celui d'Adelboden en 1932. Encore aujourd'hui ils représentent des points de rencontres internationaux et d'échanges interculturels. À ce jour, le mouvement scout de Suisse (MSdS) regroupe 45'000 membres pour environ 700 groupes locaux répartis en 22 associations cantonales (état 2009).

Notre manière de pratiquer le scoutisme à Moutier, bien qu'influencé par nos traditions ainsi que celles de notre association cantonale, est essentiellement liée aux fondements du mouvement scout de Suisse. Afin de proposer en Suisse une ligne directrice basée sur les grands principes fondamentaux du scoutisme édictés par nos associations mondiales, le MSdS a énoncé ses objectifs en trois principes dans la charte du scoutisme suisse

  • Les scouts façonnent le monde.
  • Le scoutisme est un mouvement de jeunesse international ayant comme but éducatif le développement global de l’individu.
  • Les scouts acquièrent des compétences lors d'activités variées et ouvertes à tous.

Afin que ces principes puissent concrètement être mis à contribution lors de toute activité scoute, le mouvement scout de Suisse a développé des fondements pédagogiques définis sous forme d'objectifs et méthodes.

Notre objectif

Le mouvement scout de Suisse propose des programmes qui contribuent à développer la personnalité de ses membres dans son ensemble. Ce caractère de globalité s'exprime en cinq relations interdépendantes et complémentaires.

  • La relation à soi : être conscient de sa valeur et critique envers soi-même
  • La relation à son corps : s'accepter et s'épanouir
  • La relation aux autres : rencontrer librement les autres et les respecter
  • La relation aux choses : être créatif et respecter l'environnement
  • La relation à Dieu, la relation spirituelle : être ouvert et réfléchir

Nos méthodes reflètent les moyens à disposition pour atteindre nos objectifs pédagogiques.

  • La progression personnelle
  • La loi et la promesse
  • La vie en petit groupe
  • Les rituels et traditions
  • La pédagogie du projet
  • La vie en plein air
  • Le jeu

Ces objectifs et méthodes sont enseignées et largement approfondis dans le cadre des cours de formation pour les responsables. C'est par ce biais-là qu'un scoutisme de qualité, répondant aux critères de développement global peut être assuré dans toute la Suisse.

Pour permettre à ses membres d'acquérir, en dehors de l'école et de la maison, des compétences qui les aident à s'engager activement au sein de la société et à créer leur avenir de manière responsable, le mouvement scout de Suisse fonde ses activités sur des buts et des méthodes pédagogiques

Un scoutisme adapté à l'âge

En Suisse, le mouvement scout est divisé en cinq branches d'âges. Cela permet de promouvoir le développement des enfants, adolescents et jeunes adultes de manière individuelle, et de prendre en compte leur besoins et intêrets spécifiques.

Rôle des adultes

Le scoutisme est un mouvement destiné aux jeunes et animer par des jeunes. Les animateurs les plus âgés n'ont souvent pas la trentaine, et pourtant leur capacité à l'adaptation démontre une grande maturité et un sens des responsabilités aiguisé. Leur présence dans un groupe scout est un défi de taille, notamment parce qu'ils sont tenus de prendre au sérieux la confiance que les jeunes et les parents leur accordent ; ils sont un modèle pour les participants dans tout ce qu'ils font. Pour apprendre leur nouveau métier de responsables, les scouts sont très rapidement encouragés à participer aux cours de formation proposés par notre association cantonale et Jeunesse+Sport.

À Moutier, le groupe Perceval

Chez nous, Les jeunes dont répartis selon quatre catégories d'âge, afin de répondre au mieux aux besoins spécifiques des différents âges. Le groupe Perceval fait parti de l'association du scoutisme jurassien, qui regroupe 14 groupes du Jura et du Jura bernois.

 

Meute

Maîtrise de meute
8 - 12 ans

Troupe

Maîtrise de troupe
12 - 16 ans

Raiders

Responsabe d'équipe
16 - 18 ans

Clan

Responsable de clan
dès 18 ans

Chaque groupe scout prend appui sur un certain nombre de traditions qui lui sont propres. Parmi celles-ci, l'uniforme porté par chaque scout, notre loi, les cérémonies importantes qui rythment la vie du scout, ou encore les activités qui reviennent chaque année.

L'une des traditions fortes de notre groupe est le week-end de Pentecôte que nous passons tous les membres ensemble autour d'un thème commun. Ici, la photo du groupe en 2010, sur le thème d'Alice au pays des merveilles.

L'uniforme scout est porté tout autour de la planète, avec des spécificités propres à chaque pays. En Suisse, il est composé d'un foulard, d'une chemise et de différents insignes. Le port de l'uniforme remonte aux origines du scoutisme ; outre l'habit de jeu et de travail qu'il représentait, Baden-Powell avait souhaité que celui-ci puisse effacer les différences socio-culturelles des participants et les jugements qui en découlaient. Contrairement à la majorité des groupes, nous portons la chemise dans les pantalons ou les shorts. Ne soyez pas surpris de voir des scouts porter différemment leur uniforme ; nous avons fait ce choix car nous pensons qu'il est le plus représentatif de la discipline dont le scout fait preuve. Il est bon de savoir, toutefois, que nous ne portons la chemise que lorsque nous nous présentons, ou lorsque nous sommes en contact avec la population. Les t-shirts et les pulls sont en effet moins dommages pour nos activités sportives ou en forêt.

La loi scoute est établie comme un guide des actes du scout, et non comme un instrument de répression de ses défauts. Nous préférons voir nos participants appliquer cette loi plutôt que la réciter par cœur sans en comprendre le sens. Pour les accompagner dans cette démarche, nous leur proposons des moments de réflexion autour d'un article, pour en arriver à des situations concrètes lors desquelles la loi apporte son aide. Nous restons attaché à une loi très proche de celle rédigée par Baden Powell, malgré l'existence d'une version plus récente, élaborée par le mouvement scout de Suisse lors de sa création en 1987.

  1. Un scout met son honneur à mériter confiance ;
  2. Un scout est loyal envers son pays, ses parents, ses chefs et frères scouts ;
  3. Un scout se rend utile, il aide son prochain ;
  4. Un scout est l'ami de tous et le frère de tous autre scout ;
  5. Un scout est courtois et chevaleresque ;
  6. Un scout est un ami pour les animaux, il protège les plantes ;
  7. Un scout sait obéir sans répliquer, il ne fait rien moitié ;
  8. Un scout a du cran, il sourit dans les difficultés ;
  9. Un scout est économe et prend soin du bien d'autrui ;
  10. Un scout est pur en pensées, paroles et actes.

À mesure qu'il grandit, le scout passe d'une unité à l'autre. Une cérémonie ponctue chacun de ces passages symboliques, afin de lui donner toute son importance. Par exemple, pour arriver à la troupe, le louveteau devra traverser un pont de corde, sous les encouragements de ses pairs. En dehors de ces passages que nous appelons « les montées » existent d'autres moments très attendus par le scout, par exemple la totémisation, lors de laquelle il recevra le nom d'un animal.

Notre groupe dispose d'un chalet sis rue Beausite 23, construit par les scouts eux-mêmes et terminé en 1929.

Seules les traditions qui nous sont utiles sont gardées. Nous les remettons régulièrement en question, et ne gardons que celles qui nous rapprochent des objectifs du scoutisme, c'est-à-dire permettre à nos membres de développer des compétences physiques, morales, sociales et intellectuelles. Les traditions ne sont pas un sujet tabou dans notre groupe, et nous répondons volontiers aux questions éventuelles.

Une grande partie de nos activités se déroule les samedis après-midi aux alentours de notre chalet, près de l'hôpital de Moutier.

Le scoutisme en chiffres
  • 40 millions de membres à travers le monde
  • 45'000 scouts en Suisse
  • 500 membres dans le Jura et le Jura bernois
Notre logo

Le logo de notre groupe représente le casque de Perceval, son épée, le Graal, ainsi que la fleur de lys et le trèfle (les symboles du scoutisme).

Les dossiers