Nos dernières activités

Aux portes de la Cité d'Or 

Loriot, le 05.08.2015

C’est sous un soleil de plomb que mes amis et moi nous établissons dans la contrée de Bonampak, en pleine Amérique centrale. Après une année de vadrouille, nous y voilà enfin. Enfin aux portes de la cité d’or, trésor de toute une civilisation.

Après avoir chassé les derniers mauvais esprits encore hostiles à notre présence et s’être familiarisés avec le lieu, nous partons à la découverte de la culture et du savoir faire local. L’amour pour le cheval et pour le travail des métaux y sont alors très prononcés.

Chez le forgeron

Mais, à peine revenons nous sur le lieu du camp que nous trouvons deux mystérieux messages dans notre souper. Chacun indiquent qu’il faut se rendre à un certain « bois du laustwoude ». Un ermite nous y attendrait. C’est sans tarder que nous nous dirigeons au lieu indiqué. Malheureusement, atteindre l’ermite n’est pas aussi simple qu’on l’aurait pensé. Le bois est incroyablement dense et est infestée de bêtes malveillantes. C’est au son de son ocarina que nous finissons par le trouver. Sans nous parler, il nous transmet un message ; « Les conquistadors arrivent ! » Nous les avions oubliés ces satanés conquistadors ! S’ils viennent, ce n’est pas pour nous serrer la pince mais pour nous massacrer et piller la cité d’or.

Dans le bois du Laustwoude

Le lendemain, nous arrivons avec peine à attraper un de leurs éclaireurs et lui faisons cracher le morceau. C’est avec un accent espagnol bien prononcé qu’il nous lance : « Vous n’avez aucune chance … vous êtes assiégés. Nous sommes déjà des milliers. Bientôt, la cité d’or appartiendra à la Couronne d’Espagne ! Ha ha ha ha ! » Nous l’avons compris. A présent, il nous faut nous préparer à la guerre, mais comme cela nous n’avons aucune chance. C’est pourquoi nous prenons une matinée pour améliorer notre force, nos points de vie et notre technique de combat. Puis, l’après-midi, nous partons à la recherche d’extraits de cartes nous indiquant l’emplacement exact de la cité d’or. Au retour, le siège commence à être pesant. Nos denrées s'amenuisent et bientôt, nous n'auront plus rien à manger. C’est pourquoi en fin d’après -midi, nous décidons de piller un avant poste conquistador. Le soir, l’heure est à la fête, nous pouvons manger à notre faim. Mais nous savons tous que nous ne pourrons pas résister éternellement à la Couronne. La nuit, un esprit nous fait appel, nous nous dirigeons devant l’enceinte de la cité. C’est dans un milieu chaotique, entre air, terre et eau que nous nous le retrouvons. Après l'voir été réveillé à l’aide de torches à allumer, l’esprit nous expose le problème. Les conquistadors sont beaucoup trop nombreux, notre bravoure ne suffira pas à les repousser éternellement. Il faut faire appel au dieux ! Mais pour cela un sacrifice est nécessaire.

Le sacrifice étant fait, une énorme tête sort de la terre. Nous remarquons très vite que celle-ci a des lacunes. L’esprit nous explique qu’une fois complétée, elle créera une aura de protection tout autour de la cité et repoussera à jamais les conquistadors de ces terres sacrées. Pour l’activer, il faudra partir à la recherche des reliques manquantes à travers des contrées reculées afin de les replacer dans la statue. Mais nous ne partirons pas tout de suite. Dans la pénombre matinale, le jour se lève gentillement et il faudrait que l’on se repose un peu. La journée de demain risque d’être rude.

Effectivement, ce n’est pas de la meilleure manière qui soit que nous sommes réveillés. A peine avions nous fermé l’oeil que le chef arrive affolé et s’écrie : « Les conquistadors attaquent ! Réveillez-vous ! » Sans tarder, nous nous rendons devant notre mat pour nous battre. Après une heure de combat acharné, nous parvenons à repousser cette première offensive in-extremis.

Nous et les quelques prisonniers conquistadors devant notre mat après la bataille

Le lendemain, après une petite révision topographique, nous partons sans tarder à la recherche des reliques. Les Lynx ferons une boucle par le nord et les Aigles par le sud. Nous nous réunissons deux jours plus tard au lac sacré pour récupérer la dernière relique. Malheureusement, une poignée de conquistadors ont été informés avant nous de l’existence de cette relique et la protègent depuis leurs bateaux. Après avoir assailli un de leurs bateaux, nous déchiffrons un message morse donnant l’emplacement exact de la relique. Sous la balle jaune qui flotte ! Plus de temps à perdre, nous nous ruons sur l’amulette sacrée, mais comme est l’est lourde ! Les uns repoussant les conquistadors, les autres saisissant la relique, nous la ramenons sur la rive. Maintenant que l’on a les cinq reliques, retournons vite sur le lieu de camp. Là bas, un grand festin nous attend. Effectivement, c’est comme des rois que nous sommes reçus le soir même. Au menu, beignet de courgette et guacamole en entrée, chili cone carne et maïs grillé au plat principale et salade de fruit avec crème et meringues au dessert.

Les conquisators en bateaux

Mais notre aventure ne s’arrête pas là puisqu’il faut encore aller placer les relques. Ce qui ne sera pas de toutes simplicité puisque les conquistadors ont resserré leur siège autour de la cité. Le lendemain, nous partons en début d’après midi pour activer l’aura de protection et protéger à jamais la cité d’or. Au bout d’une demie-heure, nos traversons les premières lignes ennemies. Heureusement, il n’y avait que deux gardes qui ne furent pas trop dur à tuer. Nous continuons furtivement notre avancée vers la cité d’or. A ces portes, nous retrouvons l’esprit qui nous avait chargés de retrouver les reliques. Sans tarder, nous nous rendons vers la statue. La cérémonie commence … "Que la vue d’Akan renaisse !" l’esprit place les deux yeux dans la statue. "Que l’ouïe d’Akan renaisse " l’esprit place les deux oreilles dans la statue, il hausse la voix. "Que l’esprit d’Akan renaisse ! " à peine a-t-il fini sa phrase qu’une voix résonne depuis le haut de la gorge. "Si vous placer la dernière relique, je le tue ! "s’écria un conquistador. Il a pris en otage l’armurier du village. Pendant que l’esprit négocie, l’armurier profite d’un moment d’inattention du conquistador pour lui placer un coup de coude dans le ventre. Un combat à main nue se lance. Tout à coup, un cri, puis un corps est jeté du haut du rocher. Après une chute phénoménale, le corps vient s’écraser dans la gouille au fond de la gorge. C’est celui du conquisatdor. Maintenant, nous pouvons enfin finir la cérémonie. L’esprit place la dernière relique.

Statue d\'Akan complète

La cité d’or est protégée ! Après un long cri, l’armurier et l’esprit se retournent, ils ont le visage en or ! Pourquoi pas nous ? Eux-mêmes ne le savent pas. L’aura de protection ne fait effet que sur les mayas. Il nous expliquent que nous ferions mieux de rentrer chez nous. Les conquisatdors veulent notre peau et nous ne sommes pas protégés par l’aura. Les mayas nous autorisent une dernière fois à nous baigner dans la rivère sacrée en leur compagnie. Puis nous nous dirigeons vers le port. Avant de partir, les mayas nous offrent un plateau sacré et un sac d’or en guise de remerciement pour notre précieuse aide. Mais maintenant, pas de temps à perdre. Nous montons sur nos deux bateaux et larguons les amarres. Bien sûr il serait trop facile de prendre le large sans une petite altercation avec quelques conquistadors. Une dernière bataille, et … une dernière victoire. Ces fuyards ne tenaient presque plus sur leur pieds, ils avaient été assommés par l’effet de l’aura.

Pendant le voyage de retour, nous remarquons alors que nous avons predu le rapport à rendre à notre chef d’expédition qui a financé notre aventure. Une occasion pour nous de retracer tout notre périple, des golems de pierre de la première cité au sacrifice pour réveiller les dieux de la cité. Tout cela accompagné de rires, de chants et, peut-être, d’une pointe de nostalgie.

Dessin de la cité d\'or envoyé par Buluk après notre départ
Responsable de groupe

Mirko Dell'Anna / Fouine
Sous-Raimeux 17
2740 Moutier
079 577 18 60

info@scout-perceval.ch
Contacter d'autres responsables

Les dossiers